Principe de Peter

Tout employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence. Ce concept est immédiatement suivi du Corollaire de Peter qui postule qu'avec le temps, tout poste sera occupé par un incompétent incapable d'en assumer la responsabilité. Dans une entreprise, les employés compétents sont promus, et les incompétents restent à leur place. Un employé compétent grimpe la hiérarchie jusqu'à atteindre un poste pour lequel il ne sera pas compétent. A ce stade là, il devient un incompétent qui va occuper son poste indéfiniment.

Un incompétent garde donc son poste, un employé compétent est remplacé par un autre employé, potentiellement incompétent. Si le nouvel employé est compétent, il sera remplacé à son tour par un nouvel employé jusqu'à ce que le poste échoie à un incompétent. Peter remarque que la compétence, chez les employés d'une organisation, se répartit selon la loi normale.

Il observe que tout va bien pour les 80 % au centre de la courbe, mais que les problèmes existent pour les 20 % aux extrêmes. Chacun comprend la nécessité de virer les 10 % parfaitement incompétents, mais les mêmes s'interrogeront sur la nécessité de virer également les 10 % surcompétents. La surcompétence est plus redoutable que l'incompétence, en cela qu'elle bouleverse la hiérarchie.

La solution que propose Peter consiste à se maintenir à un poste correspondant à son niveau de compétence optimal. Mais comment refuser une promotion ? Peter propose diverses solutions avec des exemples et il emballe le tout dans l'expression « l'incompétence créatrice », qui consiste à ménager consciemment ou non, de petits espaces d'incompétence de façon à ce que la proposition de promotion ne survienne pas.